5 bons gestes face à une plaie du pied chez un diabétique?

Le risque majeur est son évolution vers la putréfaction du membre (gangrène) dont la prise en charge nécessite une section d’une partie du membre touché (amputation du membre).Il est donc important de prendre toutes les dispositions requises pour favoriser la cicatrisation rapide de la plaie et empêcher la survenue de cette complication.

1-Il faut bien soigner et de très précocement toute plaie chez un diabétique connu.

En effet, chez le diabétique, lorsque la glycémie est beaucoup élevé, toute plaie à tendance à évoluer rapidement vers une putréfaction pouvant aboutir à une gangrène

2-Bien prendre son traitement antidiabétique prescrit par votre médecin.

Cela va diminuer la glycémie jusqu’à la normaliser. Lorsque la glycémie se normalise la cicatrisation de la plaie sera accélérée.

En effet lorsque la glycémie est élevée, cela est favorable à la prolifération des microbes dans la plaie qui se trouvent. Ce milieu sucré leur permet de se multiplier très rapidement.

3-Bien suivre le régime prescrit par votre médecin.

Le régime permet de soutenir le traitement médicamenteux, en apportant moins de glucose (c’est-à-dire moins ou une quantité adéquate d’aliments se transformant en glucose) dans le sang. C’est par exemple réduire la quantité de glucides à consommer (féculents, farine par exemple et c…).

4-Signaler le plus tôt possible toute baisse de la sensibilité.

Le diabète non équilibré peut dans son évolution entrainer des complications neurologiques telles qu’une baisse de la sensibilité de certaines parties du corps. Lorsque cela survient au membre et qu’il y a une plaie à ce niveau, la personne porteuse de la plaie ne sentira pas la plaie évoluer puisque celle-ci est indolore ou moins douloureuse. A ce moment s’il y a une négligence de cette plaie, elle va évoluer rapidement et se surinfectée, affectée les tissus environnants.

5-Régler toute cause de stress.

Ce stress lorsqu’il est chronique, il peut favoriser l’élévation du taux de sucre dans le sang, compliquant la prise en charge de la plaie et retardant la cicatrisation de la plaie.

Par Dr Marc TRA, Médecin Généraliste et Coach Santé et Bien-être